Démarche artistique

Suite à ses expériences d’immersion culturelle à l’étranger et ses études en Questions internationales, Audrey Gaussiran développe une sensibilité aux enjeux socio-politiques ayant un impact à l’échelle individuelle, locale et mondiale. Les soulèvements populaires, la liberté d’expression, les enjeux féministes et la guerre sont autant de thèmes qui l’inspirent et qu’elle aborde par la danse. L’intention est de toucher le spectateur autrement, de lui proposer un regard neuf sur des enjeux actuels, par une alternative aux médias traditionnels. 


En l’absence de mots, l’expression du corps propose une vision à la fois poétique et viscérale de la danse, une sublimation du factuel et du concret.


La diversité et la richesse du milieu culturel montréalais ont eu un impact indéniable sur le parcours d’Audrey. L’accès aux enseignements de maîtres de différentes spécialités (flamenco, oriental, latin, afro-cubain, guinéen, contemporain, tap, urbain, danse percussive, ballet) lui a permis de multiplier les façons d’aborder le corps. Jonglant avec cet amalgame d’expressions et de techniques, elle crée un vocabulaire et un langage gestuel polyglotte, métissé et singulier, qui décloisonne ces différentes approches. Danser le flamenco pieds nus, pour « voir » plutôt qu’entendre le son, transformer une danse afro-cubaine en y extirpant exclusivement le travail du haut du corps, transposer au sol un genre traditionnellement vertical, sont autant d’expérimentations qui lui permettent de métamorphoser le mouvement.


Dans l’élaboration chorégraphique d’une oeuvre, Audrey accorde une attention particulière à l’environnement sonore qui l’accompagne, au « groove » du mouvement, ainsi qu’aux percussions générées par ses pieds, par son corps. Une réelle symbiose avec la musique fait place à un total contraste ou à une conversation de type question/réponse avec la trame. Kimberley Cooper, chorégraphe de la compagnie DJD (Decidedly Jazz Danceworks - Toronto), est d’ailleurs une de ses inspirations dans ce type d’approche.


Inspirées de thématiques sociales, les créations d’Audrey se construisent par l’utilisation de différents formats chorégraphiques. Pour elle, vidéo danse, performance in situ, contexte scénique en salle ou pièce interactive utilisant le numérique, sont autant de médiums qui offrent des particularités intéressantes pour rapprocher le spectateur du danseur et alimenter les réflexions sous-jacentes aux œuvres (isolement dans nos sociétés, omniprésence de la technologie, démocratisation de l’art…).